…jour, 121

robert_doisneau

Robert Doisneau, dernier matin aux halles de la Villette

« 

« Au départ il y a toujours une fille et cette croyance assez risible qu’il faut la sauver de la noyade » a dit le gars sur la banquette à un autre gars en casquette Prince de Galles. Je me suis perdu dans mes pensées, raturant au passage quelques emphases imbéciles, il y avait des oiseaux dans ma tête qui volaient d’une idée à une autre, j’avais du mal à les arrêter, j’ai demandé du papier à la serveuse, j’étais à deux doigts de parler tout seul, et deux doigts c’est pas beaucoup, c’est tomber dans le vide tout de suite, là maintenant, c’est presque trop tard, c’est déjà là, et je ne voulais pas tomber, ça non. Je voulais revoir le parc et la lumière. Revoir l’enfance et les pieds nus de la fille. Parfois, on veut impérativement s’en sortir. J’ai écrit ça sur le papier que la serveuse a fini par m’apporter. Le papier était humide, j’ai formé des lettres sur les contours mouillés, cela devenait ma géographie à moi. Ma terre pour ne pas sombrer. J’ai eu peur de pleurer

. »

La résidence du geste, 12:10A. Elieva / B. Jeantet

Publicités