…le geste nu, 6

bp08_livourne______italie_2014_4-tt-width-836-height-550-fill-1-bgcolor-000000

Bernard Plossu

« 

Moi aussi j’ai voulu plus souvent qu’à mon tour, raconter des histoires, des romances qui, oui enfin, sonneraient juste, oui, des histoires-des romances dont l’écho enfin se prolongerait longtemps – saurait caresser les oreilles délicates du monde, oui longtemps, des histoires écrites dans le sable, c’est ça, le sable, vous savez, c’est aussi parfois autre chose que cet élément plein de flou – de fuite – de tentatives éperdues d’échappement – de destins qui glissent de lâcheté en lâcheté, autre chose, oui, que ce truc mou – nuisible à l’essentiel. Le sable alors, nos doigts poissés d’angoisse pourraient s’y enfoncer en attendant des heures – des jours meilleurs. Le sable, vous savez bien, c’est ce moment m lorsque tout à coup la vie – nos doigts qui s’accrochent au vide – apprend à se passer des descriptions. C’est ce moment que tu choisis pour me dire je t’aime. Et c’est à partir de ce premier je t’aime reçu comme une vérité révélée le cœur avachi sur une serviette de plage, oui c’est à partir de ce moment m là que j’ai sans doute voulu me mettre à raconter des histoires à mon tour, des romances, un certain lendemain de fête. Mais dans le fond ça n’a pas tellement bien marché. Je manquais encore d’expérience. Il faut croire que mon désir devait se durcir un peu, la peau. Oui. Il faut le croire. Et ma peau justement puisqu’on en parle, redoutait de s’assumer au grand jour

.

Nous vivons dans nos considérations parallèles, dans nos vis-à-vis indifférents, pudiques quelques fois, chacun sur son petit navire qui flotte sur l’eau, l’air de rien, sur le temps, parce qu’il ne sait pas faire autre chose, on regarde par-dessus bord parfois, le corps vissé vers l’horizon, le fantasme de tenir la barre, fantasme qui revient cogner à la porte quand il peut. On sait bien que tout ce que l’on tient ce sont les murs. Ce qui tangue c’est la vie. Ce qui tangue c’est l’esprit. La femme d’en face porte son armure en bandoulière. Elle te ressemble un peu. Vous portez le même petit pull olive, oui tu m’avais dit un jour que ce n’était pas vert mais olive, j’avais ricané, oui je ricanais, on a été léger des fois. J’ai soif. Je repense à ton petit pull tout doux et à tes seins au dessous. Un bastingage où j’aurais bien installé mon hamac pour la vie. Je vais me servir un verre, il est tôt mais j’ai le droit, c’est fête, j’ai vu des fleurs passer dans la rue, c’est dimanche et la femme d’en face porte ton pull. Boire et puis revenir

. »

La résidence du geste, Agathe Elieva & Benoit Jeantet

Publicités