…jour, 148

Trois oiseaux, du métal étincelant et quelques pensées en forme de discipline

tumblr_olc2c8baIt1rqqw0vo1_1280

The Geometric Poem, 1966-Gregory Corso  

« Gregory était un jeune dur du Lower East Side, qui s’est envolé comme un ange par-desssus les toits, chantant des chansons italiennes douces comme celles de Caruso et Sinatra, mais en « paroles ». « Douces collines de Milan » couvent dans son âme de la Renaissance, le soir descend sur les collines. Étonnant et magnifique Gregory Corso, le seul et unique Gregory Corso le Héraut. Lisez lentement et ouvrez les yeux », a écrit Jack Kerouac, qui considéra très justement Allen Ginsberg et Gregory Corso, comme les deux meilleurs poètes américains de leur temps – lire la suite par ici

tumblr_olh42zoXas1qdok75o1_1280

Benjamin et Isidore Juveneton

Publicités

…le geste nu, 3

7879942402_086b8d0fb4_b

Ernest Pignon-Ernest, Napoli

 

Parce qu’il y a le silence et l’intensité du silence. Le geste sans commentaire, nous ne racontons pas ce que nous faisons, nous posons l’acte. Nous ne parlons de cet acte. Nous enchaînons.

Parce qu’il y a le regard et le choix. La décision. Le désir et la peau. L’autre. Celui dont on se défend, celui à qui on ne peut résister. Palette de violences. Parce qu’il y a la non possibilité de faire autrement. L’acte posé qui en appelle un autre. Collier ou chaîne de notes éparses, nous créons notre vie tout au beau milieu de la jungle sanglante.

Au milieu de la sauvagerie, coule l’amour

.

pier-paolo-pasolini-par-ernest-pignon-ernest

Ernest Pignon-Ernest, La pieta di Pasolini

…jour, 96

tumblr_nhurgy45Gh1qhfjqoo1_1280

« Il y a une loi de beauté qu’il importe de ne pas oublier. Malgré l’effort de quelques-uns, nous semblons marcher vers cet oubli, tant la Médiocrité – monstre à mille têtes – a de fidèles dans les sociétés modernes »

Claude Debussy,

« Je ne suis pas un idiot complet, mais ou par faiblesse ou par paresse je n’ai aucun talent pour la pensée. Je sais seulement comment réfléchir: je suis un miroir … la logique n’existe pas pour moi. Je flotte sur les vagues de l’art et de la vie et je ne sais comment distinguer ce qui appartient à l’un ou l’autre ou ce qui est commun aux deux. La vie se déroule pour moi comme un théâtre où adviennent par séries des sentiments un peu irréels, tandis que les choses de l’art sont une réalité pour moi et me vont droit au cœur. »

Sviatoslav Richter,

tumblr_ndwnt0btfr1qz770oo1_500