la racine nue

will sharp(c) Will Sharp

Thématique de Mars 2014, …la racine nue

Parce qu’ici on a des lubies, on tâtonne, on cherche la forme,

on jette au ciel quelques galets polis

on prend le temps de voir

.

Agathe Elieva

https://lejourdenude.wordpress.com/2014/03/02/la-racine-nue-1/

gala dittmar (c) Gala Dittmar

« 

J’entends la tôle.

Je suis ton témoin à charge, tu me fuis, m’évites, me dissous dans les canalisations acides de ta mémoire,

peau soulevée, jours à vif, éclats de rire – ils ont existé – et main baladeuse.

 J’entends la tôle.

Raclure de bitume, soulèvement du goudron brûlant, entaille rouge vif, boursouflure de chair – je suis l’ombre dans la cage d’ascenseur, entre deux vies, machine en panne, érection suspendue à la surprise d’une nouvelle jeunesse. Témoin à charge de qui tu es, de qui tu es devenu, de qui tu te rapproches, de qui tu fuis. A charge. J’entends la tôle et tu m’éjectes

.

 Il y a longtemps maintenant, l’orage. Les langues enroulées dans l’orage et la salive de l’orage

.

Je n’ai rien à dire. Plus le temps passe, plus le mot disparait. Les mensonges ont alors tout le loisir d’envahir la ville. Toute la ville. Toute à toi. Mon exil. J’entends la tôle et le métal des serrures. Petits bruits froissés, faisant frissonner la peau, grincer les dents, une cymbalette qui se voudrait méditative, juste un son trop long comme un amour sans toi. Les clés cognant les unes contre les autres, petites mesquineries alignées les unes par-dessus, par-dessous, les autres

. »

L’exil de la soie, Agathe Elieva

francesca woodman massachussets 1974(c) Francesca Woodman

Pour découvrir tous les articles de La Racine Nue, cliquez ici

isa marcelli© Isa Marcelli

« l’air de rien, de ce qui pousse des racines nous cache et nous masque

gratter la terre redessiner les contours, du corps, de ce qui le masque le protège, sous bulle sous cloche sous verre

sous les ongles soulever parcelle de mousse et boule de sol

l’odeur des racines ainsi que la mort

un petit air de rien, un petit bout encore

la peau mise au vent et l’esprit en éveil

je palpe la solitude et la mémoire, quelques racines plus tard envisagées envisageables faire tomber le masque le loup dévoiler ton visage, un peu de la vie mise à nue le rythme de la frappe j’accorde ta parole au son de tes mensonges

racine nue

écarlate

. »

© A.E.

caligo bill brandt

© Bill Brandt 

Thea Schrack Encaustic© Thea Schrack