…la ligne nue, 10

Bondy Phare

©A.Elieva 

« Et puis finalement un soir, c’est arrivé, les sirènes ont enveloppé d’une fréquence insupportable l’ensemble des rumeurs de la ville, de la cité, de l’impasse. L’hélicoptère a joué son contrechant/soutenu par un contreplongé de drone/captation et surveillances. On ne saura que plus tard en contretemps/postprod. une partie méconnaissable des faits. Relayés par des acteurs de 3e zone, avides de bienpensance et de sensations, nous ne reconnaîtrons rien de notre quotidien, étonnés du verdict/tristes des violences/fatigués du fatum. Ils seront assez forts pour persuader l’audience que nous n’y comprenons rien. Gens de peu que nous sommes, petites gens que nous demeurons.

Pourtant plus au Sud de la ville ce soir-là, nous veillions, impuissants et tristes. Le lendemain pourtant, nous étions déjà là, un peu plus affaiblis mais perpétuellement solidaires. Toutes nos humanités rassemblées

. »

…la ligne nue, 9

tumblr_paaj4fTuKG1x86knlo1_500

…et ton image est mon image qui est ton image… la fenêtre allumée en plein ciel de nuit, ta fenêtre ou la mienne, qu’est-ce que nous aurions dû dire ou faire, de plus, de moins, il suffirait de se poser et d’accepter ce filage de mots simples, un semblant de début, un infime commencement, effiloché de quotidien, une écaille du mur ouest, tu as récupéré ta veste froissée, je n’ai pas osé te dire un mot, je crois bien que j’ai toussé à la place, de la fenêtre la fin de l’hiver et la poussée de chlorophylle se laissent respirer, les jours rallongent lorsque tu emportes avec toi un bout de ma joie, prends tout, je verrai bien si cela repousse comme une mauvaise herbe

…la ligne nue, 8

49715036_1846173265512119_5933682827651448832_n

©Agathe Elieva, rue Vaillant 93

« …

S’il existait déjà depuis plus d’un siècle des objets fractals – sans toutefois qu’ils portent ce nom – ils n’avaient été créés qu’en tant qu’anomalies ou contre-exemples afin de prouver la non-équivalence de certaines notions*… »

dire qu’il en serait de même d’un territoire géographique, une topologie sensible, certains lieux délaissés par l’arbitraire de quelques-uns, il n’y a qu’un pas. Regarde : je fais un pas. A force de faire balader, on se promène. On serait comme le monstre mathématique, que l’on évoque à mot couvert avant de le domestiquer, avant d’en faire sa terre fertile, son épouvantail politique.

* Larousse, encyclopédie

img_6189

©Agathe Elieva, Bagnolet 93

…la ligne nue, 7

2158

Gerhard Richter, study for clourds, contrejour, 1970

Un nuage est constitué de volutes de volutes de volutes qui chacunes ressemblent à des nuages. A mesure que vous vous rapprochez d’un nuage que vous n’avez pas quelque chose de lisse, mais des irrégularités sur une plus petite échelle

.

Benoît Mandelbrot, les objets fractals (Les objets fractals: forme, hasard et dimension)

index 2

Gerhard Richter, Clouds n°265

index

Gerhard Richter, Clouds, 1976

…la ligne nue, 5

IMG_6234

©A. Elieva 

…Ils sont morts au monde et ne le savent même pas…

et j’ingère des petits bouts de beaux en attendant autant que je peux. Ils sont froids mais ce n’est pas si grave. Et puis cela finira par payer, la douceur et l’amour. Je passerai ma main dans ses cheveux, il tournera sa tête comme il le fait sans y penser, le sourire sera franc. Bientôt.

IMG_6221

©A. Elieva

…la ligne nue, 4

45140958_1754146634714783_1395338418094866432_n

A.Elieva, Rosny-sous-Bois

« Welcome to 93 indique le tag sur le pont de l’autoroute. J’ai fait la course avec la lumière, peine perdue. Mais le coeur y était. « Évidemment la liberté » clamait Denis Roche. S’effacer devant le temps écrivait-il aussi. Oui il est bien plus fort que nous. Oui. Mais juste après le temps de la photo, c’est la beauté qui règne

.

 »

Fractale 93

…la ligne nue, 3

images

Giacinto Scelsi

 

 

 

 

 

 

 »

Nulle voix

ou trace de regard

nulle mesure

là-haut

où rit l’abîme

 

L’ombre des mouvantes

vanités fugitives

secrètement se brise

et fane

 

Là-haut

où règne insaisissable

la translucide limite

du sauvage

espoir

.

 »

Giacinto Scelsi, Sommet du feu

tumblr_mqoebxBkgq1qffosfo1_1280

Tasya Van Ree

 

 

 

…la ligne nue, 2

Alejandro-Cesarco-Exhibition-view-Courtesy-of-The-Renaissance-Society

Alejandro Cesarco, Exhibition view. Courtesy of The Renaissance Society

« L’essentiel ce n’est pas que tel homme s’exprime et tel autre entende, mais que, personne en particulier ne parlant et personne en particulier n’écoutant, il y ait cependant de la parole et comme une promesse indéfinie de communiquer, garantie par la va-et-vient incessant de mots solitaires

.

 »

Maurice Blanchot

 

Alejandro Cesarco Words Like Love: Alphaville, First Scenes, 2017

(Installation, 14-by-48-foot billboard Jackson Avenue at the intersection of Queens Plaza in Long Island City)