…jour, 128

tumblr_nk9tkslIH71s1welfo1_1280

 » Une fois les racines mises à nue, que restera-t-il autour de moi ? Elles serpentent comme la réalité chevauche nos ciels, il s’agirait d’être ailleurs, loin de mes liens à votre absence de cœur attachés, libérée de la corde autour de mon cou, inconscient de votre ventre putride que vous avez vidé de vos enfants. Loin, ailleurs, où le bleu me laisserait libre de pleurer mes amours manquantes. Parce qu’il faudra bien oui, un jour, que l’amour se vive, avant la seconde trop tard et le plus jamais. Caché derrière mes étendards de lucidité et de clairvoyance, je renvois la lumière, je suis l’ombre, le maladroit, l’inutile. Toi seule me convaincrais du contraire, j’aurais la faiblesse de te croire, au bout de tes plaidoiries répétées et de tes caresses affranchies de toute routine. Peut-être deviendrai-je tendre

. »

Agathe Elieva, la tôle et l’exil (work in progress)

 

 

Ce contenu a été publié dans la racine nue, le jour dénudé par le jour dénudé, et marqué avec , , , , . Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos le jour dénudé

…Entre nuit & jour, une matière brute, un peu d'éclat & quelques plumes : le jour dénudé, une revue nue et singulière au fil des heures, petits détails infimes sortant de l'ombre. Il y a le jour dénudé, le journal & son travail d'écriture. Il y a aussi quelques thèmes. Parce qu'ici nous avons des lubies, on cherche, on tâtonne, on écoute les résonances, entre le sonore et l'insonore, dans l'espoir jamais tari de nouvelles contributions croisées (de l’œil, des sens, une idée). Direction artistique & crédits photographiques (sauf mention autre) : Agathe Elieva