…jour, 82

elgar boart

« Si nous étions dans un conte, si « il était une fois j’étais un géant » et que je voyais tout, dans le même instant il y aurait toi cheminant sur les routes caillouteuses de la chaîne de montagnes de l’Hindu Kush, dans un pays que je ne connais que par tes résumés en 1/100e de secondes, et puis moi, butte Montmartre, où les tissus du Marché Saint Pierre ne peuvent rivaliser avec les broderies raffinés des étoffes d’Ahmad. A vol d’oiseaux, nos pas se toucheraient mais nous ne le saurions pas – sauf au creux de notre ventre, au bas du dos, au centre de nous, entre l’espace de notre silence et celui de notre présence que l’on ressent. Pourquoi n’est-elle pas répertoriée cette vie au-delà de nous, de notre vue, cette vie que l’on ne peut regarder ni palper, mais qui est ?

Les façades grises, poreuses, où les aspérités, les poussières de feuilles, de mémoires, de rires et de rages, s’enchainent à l’allure de mon souffle, gravitation de ma caresse, de ce cou ceint d’une chaîne, de ces veines où palpite le sang que je ne goûterai peut-être pas. Condamnée à la rêverie, juste à l’idée de, au monde fantasmagorique, je suis lancée dans une course de haies, vers mon échec inévitable, et je sens contre mes jambes, dans mon saut, le choc dur du bois et du métal, les hématomes imprégnés de désillusion : la réalité raisonnable

. »

L’éclat, (extrait)  Agathe Elieva

Ce contenu a été publié dans le jour dénudé par le jour dénudé, et marqué avec , , , . Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos le jour dénudé

…Entre nuit & jour, une matière brute, un peu d'éclat & quelques plumes : le jour dénudé, une revue nue et singulière au fil des heures, petits détails infimes sortant de l'ombre. Il y a le jour dénudé, le journal & son travail d'écriture. Il y a aussi quelques thèmes. Parce qu'ici nous avons des lubies, on cherche, on tâtonne, on écoute les résonances, entre le sonore et l'insonore, dans l'espoir jamais tari de nouvelles contributions croisées (de l’œil, des sens, une idée). Direction artistique & crédits photographiques (sauf mention autre) : Agathe Elieva