…L’ire nue, 13

« … sa voix ne jouait plus, sa voix était comme un flot de sang, imposant sa douleur et sa sincérité. »

Agathe Elieva le rouge

« Et la chanson de l’eau
Reste chose éternelle…
Toute chanson
est une eau dormante
de l’amour.
Tout astre brillant
une eau dormante
du temps.
Un noeud
du temps.
Et tout soupir
une eau dormante
du cri. »

Federico Garcia Lorca, Poésie I,

éditions Gallimard, 1954

Ce contenu a été publié dans l'ire nue par le jour dénudé, et marqué avec . Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos le jour dénudé

…Entre nuit & jour, une matière brute, un peu d'éclat & quelques plumes : le jour dénudé, une revue nue et singulière au fil des heures, petits détails infimes sortant de l'ombre. Il y a le jour dénudé, le journal & son travail d'écriture. Il y a aussi quelques thèmes. Parce qu'ici nous avons des lubies, on cherche, on tâtonne, on écoute les résonances, entre le sonore et l'insonore, dans l'espoir jamais tari de nouvelles contributions croisées (de l’œil, des sens, une idée). Direction artistique & crédits photographiques (sauf mention autre) : Agathe Elieva

Une réflexion au sujet de « …L’ire nue, 13 »

  1. Ping : …un peu d’andalouse, un matin au Pôle Handicap | Alfee Compagnie

Les commentaires sont fermés.