…la lumière nue, 20

olivier seignette(c) Olivier Seignette

Folie de celui qui regrette d’avoir été apprivoisé. La réalité, mouvante par essence, porte l’impossible effacement. L’enfant, quelques fois comme elle, supporte l’irréparable fracture d’une main vide et abandonnée.
Il pourrait maudire presque s’il croyait encore à quelque illusion de vérité.
Il pourrait jurer peut-être une vengeance – mais il la sait inutile, et vaine.
Il voudrait abjurer ce lien qui le suit, le précède de temps à autre, l’éclaire et le brûle.

De chaque étincelle, un lambeau de corde cède. De chaque braise, un peu de froid qui vient. De chaque absence, le son de son rire, au loin.
De l’autre côté du miroir où nos reflets n’existent plus. Où nos pas maladroits trébuchent sur les liens qui nous servent de terre, de sang, d’exil

.

L’éclat © A. Elieva

Publicités
Ce contenu a été publié dans la lumière nue par le jour dénudé, et marqué avec , , , . Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos le jour dénudé

…Entre nuit & jour, une matière brute, un peu d'éclat & quelques plumes : le jour dénudé, une revue nue et singulière au fil des heures, petits détails infimes sortant de l'ombre. Il y a le jour dénudé, le journal & son travail d'écriture. Il y a aussi quelques thèmes. Parce qu'ici nous avons des lubies, on cherche, on tâtonne, nous espérons quelques contributions croisées (de l'oeil, des sens, une idée) et travaillons à une prochaine proposition de résidence artistique en lien avec la maison d'alfée. Direction artistique & crédits photographiques : Agathe Elieva